Le mental ou le cœur ?

Tout ce que nous faisons dans la vie, nous le faisons avec notre mental. Nous avons été éduqué à utiliser notre mental. Enfant nous sentions l’amour de nos parents, nous ne comprenions pas ce sentiment du cœur, mais c’était un flux naturel. Puis en grandissant, nous avons commencé à penser. Nos parents nous disent d’être ceci ou cela. C’est la même chose en allant à l’école, au collège, puis à l’université. Où que nous allons, les gens nous dictent comment nous devons penser. Toute la société nous dit comment nous devons penser, comment nous devons nous intégrer. Si nous prenons un temps pour nous analyser, nous voyons bien que nous alimentons notre mental dès que nous commençons à penser. Pourtant le cœur est là. Mais inconnu des gens. Pourquoi penserions-nous au cœur ? Nous le sentons quand nous tombons amoureux. Mais la plus part du temps, le mental prend un si grand espace dans notre vie, que nous ne savons pas laisser notre cœur prendre sa place. C’est pourquoi nous ressentons cette pression en nous. 

Apprenons à penser avec le cœur. Penser avec le cœur, ce n’est pas réfléchir à la manière dont on comprend avec son mental. C’est un sentiment. Le mental pense, le mental dicte, mais le cœur ressent. Quand nous sommes amoureux, nous ressentons, le mental ne peut pas comprendre cela. Le mental lui, en déduit que nous sommes amoureux, parce que nous avons besoin de cette personne. Il dirige cet amour vers quelque chose ou quelqu’un, nous fait comprendre que c’est à cause de cette personne que nous sommes amoureux. Cela n’a rien à voir avec cette personne. En réalité, nous nous sommes ouvert. C’est parce que nous nous ouvrons que nous pouvons sentir l’amour. Lorsque le cœur s’ouvre, la personne devant nous n’est qu’un élément de nous-même pour reconnaître ce sentiment. Mais au lieu de laisser grandir cet amour en nous, nous écoutons notre mental. Nous projetons toutes nos pensées vers cette personne. Elle devient la chose la plus importante pour nous, tant qu’elle répond à cette amour. Tant qu’elle nous donne ce que nous voulons, tant qu’elle nous dit ce que nous voulons entendre. Donc, est-ce l’amour ou est-ce toujours le mental qui prend le contrôle ? C’est toujours le mental, pourtant le sentiment du cœur est là. C’est pourquoi nous nous sentons blessé quand la personne ne répond pas comme nous voulons ; car nous nous « sentons ». 

Pour pouvoir sentir le cœur, pour pouvoir sentir cet amour continuellement, nous devons commencer à changer notre croyance, pas la croyance envers une religion, mais la croyance de comment nous comprenons la vie. Tant que nous nous accrochons à la vie telle que nous la comprenons avec le mental, nous serons toujours malheureux. Nous ne serons jamais prêt à ressentir cet amour. Nous le ressentons de temps en temps, parce que rien n’est une coïncidence. Notre âme aspire à quelque chose de plus profond, notre cœur aspire à quelque chose de plus profond. Mais pour cela nous devons ouvrir notre conscience. Nous devons transformer notre mental en commençant par être positif. Puis nourrir notre mental de bonnes choses. Tout le long de notre vie, nous l’alimentons de mauvaise choses.

La béatitude est une grâce, mais cette grâce ne vient que lorsque nous sommes prêt. Sinon nous ne pouvons pas la supporter. Quand nous serons prêt, elle se déversera sur nous. Quand nous serons prêt, elle sera visible comme nous voyons clairement. Et c’est ce que fait l’Amour. L’Amour nous fait voir la réalité au-delà des yeux physiques. L’Amour nous fait entendre des choses au-delà de ce que nous entendons. Par-dessus tout, l’Amour nous fait désirer quelque chose d’éternel, et non quelque chose de limité. Parce que l’Amour est éternel. C’est la qualité de l’Amour. L’Amour n’est pas ce que nous « pensons ». Tout ce que nous pensons de l’Amour, c’est une attente totale, une attente pure. C’est pourquoi l’amour que nous rencontrons joue au yoyo avec nous. Un jour c’est haut, un jour c’est bas. Sans savoir où nous sommes. La confusion s’installe. Le mental est confus parce qu’il veut comprendre quelque chose qu’il ne peut pas comprendre. Le mental n’est pas éternel. Le mental est limité. Comment le mental, qui est limité, peut comprendre quelque chose qui est éternel ? Il ne peut pas. Il ne peut que lorsque ce mental est transformé en Divin, ce même mental. Lorsqu’il s’abandonne à quelque chose de plus élevé, lorsqu’il s’abandonne au Divin. Ce même mental se transforme en éternel. Une fois qu’il devient Divin, il ne perçoit que la béatitude.

Donc nous avons le choix. Voulons-nous suivre la norme de la société, la norme que nous avons connue de l’amour ? Ou voulons-nous suivre la norme à laquelle notre âme aspire ? 

Inspiré par Paramahamsa Vishwananda