Se détacher de la réalité extérieure

Ceux qui s’attardent sur la réussite, le pouvoir, le gain matériel, le statut irréprochable, ne peuvent jouir que du bonheur à court terme. Cette jouissance a un début et une fin. Tant que le plaisir dur, tout va bien. Cependant, ce bonheur ne dure pas ; il a une fin. Quand ce bonheur prend fin, les gens deviennent plus que tristes, ils deviennent déprimés et malheureux.

Les gens matérialistes sont à l’origine de leurs propres souffrances. Nous voulons un diplôme, nous travaillons dur, nous l’avons, la joie disparait. Nous voulons le meilleur poste, nous l’obtenons, la joie se meurt. Nous voulons une maison, une voiture, nous les avons, et notre joie est terminée. Nous cherchons constamment autres choses pour pouvoir retrouver cette joie.

Un mental qui surchauffe est à l’origine de notre souffrance. Ce besoin continuel d’être en activité, en mouvement, vouloir constamment franchir ses limites, vouloir obtenir ; montre que nous ne pouvons rester calme et en paix avec nous-même, révèle un mental agité, indique que nous sommes continuellement insatiable, que toujours quelque chose manque. Pourquoi ? Nous fuyons la Vérité en nous fuyant nous-même, piégé du monde illusoire dans lequel nous vivons, emprisonné de l’intellect et du désir limité.

Alors que si nous regardons le monde d’une autre manière, centré dans le « Soi », nous nous éloignons de cet attachement de l’affluence extérieure. Nous voyons qui nous sommes à l’intérieur ; nous rencontrons notre Force.

Lorsque le mental et les sens sont contrôlés, ils ne courent pas après les principes sensoriels ; c’est la « Maîtrise du Soi ». Si le mental et les sens sont sous contrôle, ils peuvent se concentrer sur ce que nous sommes ; « Amour ». Il n’y a rien d’autre qui est au-dessus de cet Amour.

Une fois que nous atteignons cette béatitude sans limite, nous sommes « l’Essence » même de notre être.